Le film Hail Satan ? de Penny Lane : ma review.

J’ai enfin vu le documentaire Hail Satan ? de Penny Lane qui est consacré à The Satanic Temple.

Comme prévu :

1) C’est très bien fait et constitue à plusieurs égards une bonne introduction au satanisme athée, dans la variante inspirée par le satanisme littéraire romantique formulée par TST, et semble d’ailleurs amener beaucoup de monde à ce courant religieux, y compris dans des organisations dissidentes comme la mienne.

2) C’est d’une extrême malhonnêteté :

– Le procès « Mary Doe » dans le Missouri est évoqué en passant sans aucune mention du mécontentement de la dite « Mary Doe » et de l’ancien chapitre de Saint Louis, devenu l’Ordo Sororitatis Satanicae, sur la manière dont TST a géré cette action.

– Aucune mention n’est faite des polémiques que suscitent régulièrement les ambiguïtés politiques de TST, ainsi l’affaire Randazza ou l’enregistrement de Doug Mesner / Lucien Greaves tenant des propos ouvertement antisémites dans une émission d’extrême-droite qui remonte certes à 2003, animée par l’une des personnes qui l’ont aidé à fonder et promouvoir TST en 2013, avant une brouille aussi médiatique qu’obscure dans ses motifs véritables..

– Plusieurs anciens chapitres et responsables de TST sont représentés à l’époque où ils /elles soutenaient cette organisation, sans aucune mention de leur départ, ni des raisons de ce dernier, alors que je sais de source sûre qu’ils/elles ont été interviewés par Penny Lane après la vague de schismes de l’an dernier (qui est passée sous silence) et qu’ils / elles n’en ont fait aucun mystère.

– la seule, parmi les nombreux membres de premier plan qui sont partis, à être présentée comme telle, Jex Blackmore, a son interview remontée et déformée de façon tellement biaisée que le spectateur néophyte a l’impression qu’elle est une terroriste en puissance, ce qui n’est pas le cas. Certes, cette spécialiste de l’art-performance a , de manière explicitement distincte de son engagement d’alors au sein de TST, construit une représentation, une fiction, contenant des termes extrêmement durs et provocants envers son gouvernement, que je ne cautionne pas tous. Des extraits de sa mise en scène sont directement intégrés au film de Penny Lane, sans indication claire qu’il s’agit d’une représentation et non d’un discours à prendre au premier degré. Au contraire, le passage est introduit par une intervention de William Morrison, ancien membre du National Council de TST, qui dit en substance qu’ils ne savaient pas ce qui se passait dans le chapitre de Jex Blackmore (Détroit). Ce qui suggère sans le dire vraiment franchement que la manière dont elle s’exprime dans l’extrait de sa pièce représente une réunion typique de son chapitre. Par la suite, la version de Jex, dans la partie du documentaire où elle revient sur son éviction de TST, est manifestement coupée de manière à conserver la partie la plus suceptible de susciter l’inquiétude du spectateur (celle où elle exprime une certaine satisfaction à avoir été considérée « trop extrême » par une organisation qui s’appelle « le Temple Satanique »). Le récit sous-entendu est clairement le suivant : Jex serait à Lucien ce que Magnéto est à Charles Xavier dans les X-Men. Aux lecteurs soucieux d’une vision plus équilibrée et informée, je ne peux que suggérer la lecture, d’une part, du billet dans lequel elle a exposé les motifs de son départ de TST, et d’autre, son interview, par Anna Merlan, l’une des premières journalistes à avoir suivi TST, dans laquelle elle revient sur Hail Satan ? et la manière dont ce très complaisant et partial documentaire a décrit son rôle et ses actes. Il semblerait d’ailleurs que Penny Lane ait du mal à assumer l’écart entre ce que dit ce documentaire sur Jex Blackmore, et son propre comportement envers elle en d’autres occasions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *